Wilfried Hoareau, vice-champion du monde de boxe thaï

Parti pour les championnats du monde de boxe thaï avec l'espoir d'être au moins qualifié pour les quarts de finales, Wilfried Hoareau est revenu avec un titre de vice-champion.

Au-delà de son titre il dit avoir « beaucoup appris sur le fonctionnement de l’IFMA (Fédération internationale de Muay-Thaï), sur les critères d’évaluation des juges internationaux ».

Le voyage n’a pas été de tout repos entre la gestion du décalage horaire, ses propres combats et ceux de l’équipe de France. La pression est permanente d’autant que « les combats se déroulent dans un brouhaha permanent : vingt-cinq combats par jours sur trois rings côte à côte. »

Il poursuit : « J’ai été battu par un Estonien qui m’était supérieur au corps à corps et il a su m’user. Pourtant c’est un adversaire à ma portée. » Les leçons qu’il a tirées de ce premier championnat du monde lui autorisent tous les espoirs dans ses prochains objectifs que sont la coupe d’Europe en mars prochain et, pourquoi pas, une participation en classe A, avec les pros.